Sunday, 3 August 2014

Français : la vingt-cinquième semaine

    Avant que je commence à préparer mon devoir dernier il a fallu que je fasse les exercices de r/vision. Ils s'agissaient principalement du subjonctif. Je le trouve très joli.
    Pour moi, c'est d'un côté une version d'impératif, d'un autre côté la sorte de futur. Par exemple l'impératif « tiens ! » peut être changé à « il faut que je tienne » ou « elle veut que je tienne » ou « il a fallu que je tinsse » ou « elle voulait que je tinsse » si la proposition principale est exprimée dans le présent. Malheureusement les Français ne veulent plus se servir du subjonctif imparfait. Je pense que c'est dommage parce que ces subjonctifs enrichissent la langue.
    Ce qui m'a amusé c'était le fait que j'ai découvert plusieurs usages de subjonctif en polonais. Cépendant on n'a pas appris à nous qu'il existait dans mon language maternel. Nous utilisons quelque chose qui s'appelle « tryb przypuszczający », c'est-à-dire « le mode supposant », à la fois en tant que conditionnel et en tant que subjonctif. Pourtant ce dernier est construit un peu différemment : le conditionnel du verbe « trzymać », c'est-à-dire « tenir », c'est « trzymałbym » tandis que le subjonctif : « bym trzymał ». (Ils seraient dits par un homme car ils sont masculins). 
    Alors, les exemples de dessus seraient traduits en polonais comme : « trzeba, bym trzymał », « ona chce, bym trzymał », « trzeba było, bym trzymał », « ona chciała, bym trzymał ». Ce ne serait jamais « trzymałbym ». En revanche, la phrase « si vous m'aviez donné un verre, je le tienrais », avec le conditionnel, en polonais pourrait être à la fois : « jeślibyście mi dali szklankę, to trzymałbym ją » et « jeśli dalibyście mi szklankę, to bym ją trzymał ». La grammaire n'est pas si complexe !

No comments:

Post a Comment